Vous êtes ici :

Les valeurs du travail : vivre pour travailler ?


Texte de Jean-François Tchernia

1 janvier 2002

Est-ce que les Français sont motivés par leur travail ? Qu’est-ce qu’ils en attendent ? Que pensent les européens et notamment les français sur le fait d’avoir un revenu sans travailler ? Le travail est-il une norme ou une valeur reconnue ?

Ces thèmes s’inscrivent dans un cycle de conférences-débats qui s'est déroulé au Grand Lyon d'octobre 2001 à avril 2002 à partir de l'ouvrage "les valeurs des Français. Evolution de 1980 à 2000", publié chez Armand Colin (coll.U, Paris,2000,280 pages) sous la direction de Paul Bréchon,

Nos politiques publiques comme nos comportements privés mettent en œuvre les priorités que nous donnons à nos existences, les valeurs auxquelles nous sommes attachés. Depuis 1980, des enquêtes ont été menées auprès des habitants des pays d'Europe pour savoir quelles valeurs les animent. Nous disposons ainsi de points de comparaison, entre pays de l'Europe et dans le temps, puisque nous en sommes à la troisième enquête.
Les experts qui ont rendu compte de la dernière enquête décennale en France viennent nous en commenter les résultats pour guider notre réflexion commune.

Jean-François Tchernia, sociologue, directeur de Tchernia Etudes Conseil répond aux questions ci-dessus en s’appuyant sur les chiffes de l’enquête.

L’exposé est suivi du compte-rendu du débat de la journée. Il en ressort que :

>le travail au niveau de la réalisation de soi se définit de manière différente selon les individus : le travail peut être une façon de se réaliser mais les jeunes ont plus tendance que leurs aînés à prendre de la distance par rapport au travail.

>Le travail de formation apparaît plus comme un moyen de garder son travail que comme une possibilité d’évoluer.

>Le travail est la norme d’une société qui veut évoluer et la valeur attachée au travail dépend de cette norme. :

>Le travail n’est plus ce qu’il était avec le changement des attitudes et des idées face au travail.

>Il n’y a pas vraiment de consensus au niveau du système économique dans lequel on travaille mais il y en a un en ce qui concerne la protection sociale.